Pourquoi parlons-nous beaucoup des soft skills ?

10/01/2019 Nos actualités emploi

Partager

Pourquoi parlons-nous beaucoup des soft skills ?

D’après la Dares, 33% des recrutements échouent la première année. Ce chiffre alarmant signifie qu’il faut donc recommencer le processus de recrutement ce qui coûte cher, demande du temps et de l’énergie. Et si les recruteurs s’appuyaient davantage sur les fameuses soft skills pour embaucher efficacement et durablement ?

Qu’appelle-t-on les soft skills ?

Si l’on traduit littéralement « soft skills », on obtient les termes « compétences douces ». Pas top, n’est-ce pas ? On parle plutôt de compétences comportementales, humaines ou encore transversales. Globalement, il s’agit des valeurs et qualités d’un individu comme l’esprit d’innovation, l’audace, le partage ou encore l’engagement. Elles sont loin d’être nouvelles puisque nous les retrouvons régulièrement sur les CV des candidat(e)s qui ont compris l’importance de ces qualités. 

Contrairement aux compétences techniques que nous acquérons en travaillant, la personnalité d’un individu ne change pas (ou presque). En tout cas, elle ne périme pas et ne peut que s’améliorer dans le temps. C’est pourquoi les recruteurs doivent tenir compte du comportement des candidat(e)s et de leurs collaborateurs(rices) déjà en poste. Cela participe indirectement au bon développement de l’entreprise, et améliore considérablement le bien-être de tous les salariés.

Les soft skills permettent de replacer l’humain au cœur de la stratégie de recrutement

Pendant trop longtemps les recruteurs professionnels ont mis de côté les valeurs humaines des candidat(e)s. Ce qu’ils recherchaient, c’était les compétences avant tout. Et pourtant, les qualités individuelles et les soft skills, permettent de fidéliser les collaborateurs(rices).

D’après une étude réalisée par la Dares, « la personnalité des candidats devient décisive dans le processus de recrutement : 34% des personnes interrogées estiment qu’elle est désormais le critère n°1 lors d’un recrutement. » Tant mieux ! Reste à savoir si ce pourcentage va augmenter dans les années à venir et que les recruteurs prendront conscience qu’il est indispensable de chercher plus loin que les diplômes et les expériences professionnelles.

Comment définir ses propres soft skills ?

La difficulté principale est de prendre conscience de ses propres soft skills. Pour les définir, questionnez votre entourage, vos anciens employeurs et collègues. Choisissez les deux ou trois compétences qui ressortent le plus souvent et inscrivez-les sur votre CV et sur votre lettre de motivation. Enfin, préparez-vous à les expliquer au recruteur qui vous posera sans doute des questions à ce sujet. Mettez en avant la façon dont vos soft skills vous ont permis de réussir un projet, de gérer des situations difficiles ou encore d’évoluer professionnellement.

Quelles sont les principales soft skills recherchées par les recruteurs ?

En 2017, un site emploi publié le top 5 des comportements et qualités les plus cités dans les offres d’emploi en France. On retrouve en première position l’autonomie, suivie de la rigueur, le bon relationnel, le dynamisme et enfin l’esprit d’équipe. D’après la Dares, « près de 60 % des critères requis pour la qualification à un emploi relèvent des soft skills ».

En 2018, ces cinq compétences continuent d’être prises au sérieux par les recruteurs pour recevoir un(e) candidat(e) en entretien d’embauche. Elles sont parfois déterminantes dans le choix d’un(e) nouvel(le) collaborateur(rice) mais il est très difficile d’évaluer d’un coup d’œil ou lors d’un bref échange la présence ou non de ces soft skills chez les personnes. Pour cela, nous vous recommandons de poser des questions sur les activités réalisées en dehors du travail. Vous pouvez également prévoir un test de personnalité, voire une suggestion de rédaction quand cela est pertinent par rapport à l’emploi à pourvoir. Ainsi, vous aurez un aperçu plus concret du caractère du (de la) candidat(e).

Ce qu’il faut retenir : embaucher un(e) nouveau(lle) collaborateur(rice) ayant des soft skills nécessaires pour occuper le poste est un engagement rentable sur le long terme pour une entreprise. A l’inverse, si vous ne vous fiez qu’aux connaissances techniques (la maîtrise d’un logiciel par exemple), cela implique des mises à jour, des formations et mises à niveau régulières qui nécessitent un investissement financier et personnel. Ne négligez jamais la personnalité d’une personne, elle peut impacter positivement ou négativement l’ambiance générale d’une équipe de salariés.

Quelles sont les soft skills qu’il faut mettre en avant sur son CV ?

Nous venons de voir les soft skills précisées dans les offres d’emploi diffusées en ligne. Faisons le point sur les 10 softs skills que les salarié(e)s mettent en avant dans leur CV :

  • Résolution de problèmes complexes
  • Pensée critique
  • Créativité
  • Gestion des équipes
  • Coordination
  • Intelligence émotionnelle
  • Jugement et prise de décision
  • Souci du service client
  • Négociation
  • Souplesse cognitive

Vous pouvez également ajouter la capacité à travailler en équipe, l’engagement, ou encore l’optimisme pour définir votre personnalité. Veillez cependant à ne pas en faire des tonnes ; choisissez trois ou quatre soft skills qui vous correspondent le plus.

Quid des life skills et des hard skills ?

Dans le langage du recrutement, on parle de soft skills mais également de life skills et de hard skills. Petit résumé de ce qui les différencient les unes des autres.

Les life skills sont les qualités humaines que nous acquérons au cours de notre vie. On parle alors d’aptitudes plus personnelles, plus profondes. Les aptitudes sociales, la perspicacité, l’empathie naturelle ou encore la résilience font partie de ces « compétences de vie ».

A l’opposé des soft skills, on retrouve les hard skills. Il s’agit des compétences techniques, diplômes et expériences professionnelles des candidat(e)s. Maîtrise d’un logiciel, permis de conduire, habilitations et certifications… Tout ce qui permet à un recruteur de savoir si oui ou non les connaissances acquises sont compatibles avec l’emploi à pourvoir.

Vous recherchez un emploi pour mettre en application vos soft skills ? Notre site emploi est celui qu’il vous faut !

Partager

Retour en haut