Quels sont les impacts de l’orthographe dans la recherche d’emploi ?

08/03/2019 Nos actualités emploi

Partager

Quels sont les impacts de l’orthographe dans la recherche d’emploi ?

Le récent sondage réalisé par OpinionWay pour l’application Mon Coach Bescherelle révèle que les recruteurs accordent une importance particulière aux fautes d’orthographe dans un CV et une lettre de motivation. Retour sur les résultats de l’enquête.

Quelle est l’influence du niveau d’écriture pour une recherche d’emploi ?

En février 2019, 200 directeurs des ressources humaines (DRH) ont accepté de répondre à un sondage réalisé par OpinionWay pour l’application mobile Mon coach Bescherelle.

Pour 52 % des DRH interrogés, le niveau en expression écrite a pu engendrer la mise à l’écart d’une candidature, même si les compétences techniques et les expériences professionnelles répondaient aux critères du poste. A ce sujet, Christelle Martin Lacroux, chercheuse en sciences de gestion, affirme qu’à CV égal, « celui qui contient au moins cinq fautes a trois fois plus de risques d’être écarté ». Pour elle, certains recruteurs considèrent que les fautes d’orthographe représentent « un manque de respect, de politesse » et que cela « augure un laxisme, un manque de professionnalisme. » Parfois, c’est l’intelligence du candidat qui est remise en question en raison des fautes contenues dans sa candidature.

Il est donc essentiel pour vous, en tant que candidat(e)s en recherche d’emploi, de peaufiner l’orthographe, la syntaxe et la grammaire de votre CV et lettre de motivation pour décrocher des entretiens de recrutement !

Lors d’une recherche d’emploi, la maîtrise de l’orthographe est essentielle

Lorsque vous envoyez votre candidature spontanée, ou que vous répondez à une offre d’emploi qui vous intéresse, votre CV et votre lettre de motivation sont destinés à des professionnels du recrutement. Et pour la majorité des DRH et recruteurs, l’orthographe peut faire la différence entre deux candidats ayant des profils similaires. Pour Stéphane Daviet, responsable d’agences immobilières, « c’est un plus indispensable pour se détacher ». Quant à Nadia Bouya, responsable de marque chez Aliscom, « c’est clairement un critère de sélection ».

Vous devez donc absolument soigner votre CV, tant dans son fond que dans sa forme. Vous pensez que votre niveau d’orthographe peut vous empêcher de décrocher un entretien de recrutement ? Voici nos conseils pour éviter les erreurs !

Comment réussir sa recherche d’emploi en 2019 ?

Tout commence par la rédaction de votre CV et de votre lettre de motivation. Si vous avez des doutes sur l’orthographe ou la conjugaison de certains mots, consultez des sites internet fiables comme Projet Voltaire ou l’Académie Française. Vous avez également la possibilité de poser vos questions à des professionnels de la langue française pour obtenir une réponse personnalisée et précise.

Ensuite, rédigez votre lettre de motivation en utilisant des phrases courtes. Plus vous utiliser des formulations complexes, plus vous prenez le risque de faire des erreurs d’accords ou de syntaxe. Gardez à l’esprit que ce que vous avez appris à l’école primaire est toujours d’actualité, à savoir Sujet + Verbe + Complément. La syntaxe d’une phrase, soit sa construction, est tout aussi importante que son contenu. Lorsque vous arrivez à la fin d’un propos, vous ne devez pas vous poser la question suivante « quel était le début de cette phrase déjà ? ».

Lorsque vous rédigez votre lettre de motivation sur un logiciel de traitement de texte (Word par exemple), le correcteur est votre ami... mais pas toujours. Attention, certaines fautes passent parfois à la trappe ! Dans la langue française, il existe de nombreux homonymes, c’est-à-dire des mots qui se disent de la même façon mais qui n’ont pas le même sens (on et ont, mes et mais, dans et d’en, ces et ses…). Nous vous conseillons donc vivement de ne pas compter uniquement sur ces outils pour corriger vos erreurs dans votre CV ou lettre de motivation.

Enfin, prenez le temps de vous relire plusieurs fois en essayant de vous mettre à la place d’un recruteur qui ne vous connait pas et qui doit être séduit par votre discours. N’hésitez pas à solliciter vos collègues, vos amis ou encore les membres de votre famille pour qu’ils vous relisent et corrigent les éventuelles fautes que vous n’auriez pas détectées.

Les réseaux sociaux et l’orthographe

De nombreux recruteurs ont pris l’habitude de « googliser » les candidat(e)s lorsqu’ils reçoivent un CV ou une lettre de motivation. Si vous n’avez pas appliqué de restriction d’accès à vos profils sur les réseaux sociaux, vous laissez la possibilité à votre potentiel futur employeur d’en savoir plus sur votre vie privée…et sur votre niveau d’orthographe. Par exemple, si vous publiez des photos accompagnées de phrases comprenant des fautes de syntaxe, de grammaire ou encore de conjugaison, vous risquez de renvoyer une très mauvaise image de vos compétences linguistiques. Veillez donc à soigner votre expression écrite et paramétrez vos comptes pour qu’ils restent privés. Pour Nadia Bouya, responsable de marque chez Aliscom, « lors de la phase de recrutement, si le candidat a un blog ou un compte Instagram, on repère s'il fait ou non des fautes ».

Enfin, nombreux sont les professionnels du recrutement à préciser que dans certains secteurs d’activité et pour certains postes en tension, les fautes d’orthographe dans les candidatures ne peuvent pas être un critère déterminant, cela représenterait un risque important de passer à côté de profils qualifiés.

L’avis des chargés d’affaires et consultants LIP

Pour connaître l’avis de professionnels du recrutement, nous avons interrogé les chargé(e)s d’affaires et les consultant(e)s qui reçoivent chaque jour de nombreuses candidatures. Au total, 56 personnes ont répondu à l’enquête.

A la question « Avez-vous déjà refusé de contacter un(e) candidat(e) en raison des fautes d'orthographe dans son CV ou dans sa lettre de motivation ? », 41,1% ont répondu « non » contre 51,8% « oui » (et 7,1% ne se souviennent plus).

A la question « Pour vous, un CV sans faute peut-il faire la différence ? », 80,4% des recruteurs sont tout à fait d’accord, tandis que 7,1% ont répondu un non catégorique alors qu’ils sont 12,5% à avouer ne jamais s’arrêter à ce critère. Ici, il apparaît évident que « lorthografe c importan comme maime ».

A la question, « quelles sont les fautes les plus courantes que vous avez constatées ? », les erreurs d’accord du pluriel et du participe passé sont récurrentes. Certains ont également relevé des erreurs dans les intitulés de poste, les compétences ou encore les noms des entreprises, ce qui peut refléter un manque de professionnalisme et de sérieux.

A la question, « Avez-vous déjà dit à un(e) candidat(e) que vous ne l'avez pas retenu(e) en raison des fautes d'orthographe dans son CV ou sa lettre de motivation ? », 12,5% pensent qu’il est important de « dire aux candidats qu'ils ont fait des fautes d'orthographe, et les inviter à nous renvoyer un cv corrigé. Et puis, pour certains postes, un bon niveau d'orthographe n'est pas toujours requis ! ». En revanche, ils sont 80,4% à n’avoir jamais prévenu un(e) candidat(e) et 7,1% à n’avoir jamais osé le faire.

A la question, « Pour vous, un mauvais niveau en orthographe reflète-t-il un manque de professionnalisme ? », les avis sont partagés ! Pour 55,4% des répondants, cela n’est pas révélateur des compétences techniques d’un(e) candidat(e).

A la question, « vous est-il déjà arrivé de corriger les CV/lettres de motivation de vos candidat(e)s ? », 21,4% de nos chargé(e)s d’affaires et consultant(e)s ont répondu « non, jamais » tandis qu’ils sont 78,5% à l’avoir fait souvent ou très peu.

Lors de ce sondage en ligne, nos équipes ont également pu s’exprimer librement sur leur propre expérience de recruteur. Pour beaucoup, l’orthographe est impérative selon les postes à pourvoir (secrétaire par exemple). A l’inverse, pour les métiers manuels, l’une de nos chargées d’affaires précise « je m'efforce de ne pas discriminer une mauvaise orthographe si le poste concerné ne demande pas cette qualité. Par contre, un mécanicien qui va travailler en concession et devoir remplir des papiers, je serai évidemment plus vigilante là-dessus. Que son français écrit soit compréhensible, et les fautes minimes. Je me concentre principalement sur le professionnalisme et les compétences. » C’est notamment le cas dans le secteur du bâtiment pour lequel les candidat(e)s sont souvent étranger(e)s. Dans ce cas, « l'expérience professionnelle sera prisée au détriment d'un super CV ».

Quelles sont les erreurs les plus courantes dans les CV et lettres de motivation ?

Les répondants au sondage ont eu l’occasion de s’exprimer sur les principales erreurs qu’ils rencontrent dans les candidatures reçues :

  • Consonnes doubles
  • Confusion participe passé et infinitif
  • Accord de l’adjectif
  • Confusion « peut » et « peu »
  • Confusion entre « quoique » et « quoi que »
  • Confusion entre « ce » et « se »
  • Accord du participe passé avec le COD
  • Adverbes terminant par « –ment »
  • Confusion entre le conditionnel et le futur

Les fautes d’orthographe et les salariés déjà en poste

En France, le niveau d’orthographe ne cesse de diminuer, ce qui inquiète les professionnels de l’enseignement, mais également les recruteurs et experts des ressources humaines.

Parmi les 200 DRH ayant répondu à l’enquête d’OpinionWay, 44 % d’entre eux ont reconnu « qu’un faible niveau d’un collaborateur a pu susciter des remarques » et 15 % pensent que cela a pu « freiner une promotion ». En dehors de l’image négative qui est renvoyée, c’est votre évolution professionnelle qui peut être impactée par des lacunes en langue française.

A l’heure de la multi-communication, les salariés prennent la parole au nom de leur entreprise sur les différents réseaux sociaux. Il s’avère compliqué, voire impossible, de modérer chaque contenu afin de s’assurer de la qualité orthographique. Et pourtant, c’est l’image d’une société qui peut en pâtir ! Pour pallier les lacunes des salariés, plus de la moitié des DRH (54 %) envisagent de proposer des leçons de grammaire, de conjugaison et de syntaxe à leurs employés, comme cela peut déjà se faire dans les langues étrangères (TOEIC ou TOEFL par exemple).

Partager

Retour en haut