05/03/2019

Quelles différences entre avance et acompte sur salaire ?

Comme le dit une expression célèbre, « tout travail mérite salaire ». Pour le percevoir, chaque salarié(e) doit attendre le versement de la rémunération sur son compte bancaire ou le chèque remis en main propre par son employeur. Le problème, c’est que les dépenses peuvent survenir tous les jours, sans prévenir, sans que vous ayez de l’argent disponible. Pour pallier vos dépenses, vous pouvez demander un acompte ou une avance sur salaire. Découvrez ce qui les différencie !

Qu’est-ce qu’un acompte sur salaire ?

Dans le monde du travail, il existe deux solutions pour percevoir sa rémunération avant la date de versement habituelle : l’acompte et l’avance sur salaire.

L’acompte sur salaire correspond au versement par l’employeur à son(sa) salarié(e) ou intérimaire d’une partie du salaire correspondant aux heures de travail déjà effectuées. Son montant varie d’une entreprise à l’autre. Pour le connaître, il suffit de poser la question à votre manager ou à votre référent(e) RH. Une fois le montant de l’acompte calculé, il est déduit du solde versé à la date habituelle.

Exemple : Vous avez travaillé 35h et avez gagné 450 euros. Vous souhaitez obtenir un acompte sur salaire. Votre employeur peut vous verser jusqu’à 70% d’acompte de cette somme, soit 315 €. Ce montant 315 € sera déduit de votre paie globale.

Qui peut demander un acompte sur salaire ?

Que vous soyez intérimaire, en CDD ou en CDI, vous avez le droit de demander des acomptes sur salaire à votre employeur et ce, quelle que soit votre ancienneté au sein de la société. Vous n’avez pas non plus besoin de justifier les raisons de votre demande qui relève généralement de la vie privée. Lorsque vous êtes intérimaire, vous devez vous rapprocher de votre agence d’emploi pour obtenir un acompte, calculé en fonction du nombre d’heures travaillées.

Quelles sont les conditions à respecter ?

L’acompte sur salaire est réglementé par le Code du travail. L’employeur ne peut pas refuser la demande d’un(e) salarié(e) ou d’un intérimaire, sauf si le montant demandé est supérieur à la rémunération générée par les heures travaillées. Dans ce cas, il doit préciser quel est le montant maximum qu’il peut verser. L’employé(e) peut formuler des demandes d’acomptes plusieurs fois par mois, sans avoir à justifier les raisons du besoin. Enfin, elles peuvent se formuler par email ou verbalement, il n’existe pas d’obligation légale à ce sujet. L’idéal est donc de demander à votre employeur la façon dont vous devez procéder.

L’avance sur salaire et ses particularités

Une avance sur salaire ressemble à un prêt consenti entre l’employeur et son(sa) salarié(e). Contrairement à l’acompte, la somme empruntée par l’employé(e) correspond à un nombre d’heures non effectuées. Elle est déduite des prochains salaires que vous percevez, jusqu’à remboursement du montant emprunté.

Quel montant pouvez-vous demander ?

A la différence de l’acompte, le montant d’une avance sur salaire n’est pas limité. Vous pouvez tout à fait demander une somme supérieure à votre rémunération mensuelle. En revanche, votre employeur n’a aucune obligation d’accepter votre requête et ne doit pas justifier la raison de son refus ou de son accord.

Nous vous conseillons d’adresser votre demande à votre employeur en rédigeant une lettre. En cas d’accord, votre entreprise doit vous faire signer une reconnaissance de dette, document qui lui permet de se protéger en cas de litige ultérieur.

Comment rembourser une avance sur salaire ?

Une fois que votre employeur vous a accordé une avance sur salaire, vous devez rembourser la somme par le biais de retenues mensuelles appliquées sur votre rémunération. Attention, le montant de remboursement est limité au dixième de votre salaire mensuel.

Exemple : Vous êtes salarié(e) et touchez 1 800€ net par mois. Vous demandez une avance de 800€.  Le remboursement aura lieu sur une période de 5 mois. La somme de 160€ par mois sera déduite de vos prochaines fiches de paie clarifiées.

Les conditions pour obtenir un acompte chez LIP en tant qu’intérimaire

Lorsque vous êtes intérimaire chez LIP et que vous avez effectué une mission, vous pouvez demander un acompte sur salaire auprès de votre chargé(e)s d’affaires ou consultant(e). Vous ne pourrez percevoir plus de 70% du montant total de votre salaire. Attention, il faut obligatoirement avoir remis un relevé d’heures à votre agence d’emploi pour pouvoir obtenir un acompte sur salaire.

Quant aux avances sur salaire, elles ne peuvent être acceptées pour des contrats ayant une durée limitée dans le temps.

Vous souhaitez revenir sur le marché de l'emploi ? Plus de 2 000 offres sont à pourvoir sur notre site emploi !