24/04/2020

Le Covid-19 reconnu comme maladie professionnelle pour les personnels soignants

Lors de ses dernières prises de parole, le Gouvernement d’Emmanuel Macron a annoncé que le Covid-19 sera automatiquement reconnu comme maladie professionnelle pour tous les soignants ayant contracté le virus. Une bonne nouvelle pour ces salariés particulièrement exposés. Mais qu’en est-il pour tous les autres qui ont continué à travailler tout au long de la pandémie ?

Tous les soignants pourront bénéficier d’une indemnisation spécifique liée au Covid-19

C’est lors d’une séance à l’Assemblée nationale le 21 avril 2020 que le ministre de la Santé, Olivier Véran, a précisé que le personnel soignant atteint du Covid-19 seront automatiquement considérés comme atteint d’une maladie professionnelle. Aucune preuve ne sera demandée aux soignants, l’imputabilité de leur emploi sera suffisante. Selon les propres mots du ministre, cette mesure est valable pour tous les soignants, “quels qu’ils soient, quel que soit leur lieu d’exercice, leur mode d’exercice (hôpital, ehpad, ville), quelle que soit la discipline concernée”.

Grâce à cette prise en charge, le personnel médical pourra bénéficier d’une indemnisation spécifique en cas d’incapacité temporaire ou permanente d’exercer leur profession à cause du virus. Tous leurs frais médicaux liés au Covid-19 seront pris en charge par l’Assurance maladie.

Une reconnaissance non valable automatiquement pour tous les professionnels atteints du Covid-19

Depuis près de deux mois, de nombreux salariés sont toujours en activité, malgré les mesures de confinement. Les pompiers, les hôtes de caisse, les éboueurs ou encore les policiers sont eux aussi au front chaque jour. Pour autant, le Gouvernement n’a pas prévu d’appliquer la même règle que pour le personnel soignant. En d’autres termes, le Covid-19 ne sera pas automatiquement reconnu comme maladie professionnelle ! Les syndicats sont d’ores et déjà montés au créneau pour demander l’équité de cette mesure pour tous, qu’ils soient professionnels de santé ou non.

Pour le moment, les personnes ayant contracté le coronavirus lors de l’exercice de leurs fonctions devront recourir à la procédure classique de reconnaissance d’une maladie professionnelle. Pour obtenir la reconnaissance, il faudra prouver une incapacité permanente d’au moins 25 %.

Il ne reste plus qu’à espérer que le Gouvernement revoit sa copie pour simplifier la prise en charge de la maladie pour tous les professionnels qui, malgré tout, continuent de prendre des risques chaque jour en allant au contact des Français dans les rues, les magasins ou à leur domicile.